ACEF 2010 – Résumé des communications

Trente-quatrième réunion annuelle

Concordia University, Montréal, Québec May 28-30 mai 2010

 

 

Table Ronde

 

Natalie Kononenko with Peter Holloway, Maryna Hrymych, and Svitlana Kukharenko (University of Alberta)

Ressources électroniques d’ethnologie. Les fichiers audio ukrainiens (1B)

L’audiographie est un concept en vogue reconnaissant le caractère primordial du son dans l’expérience humaine. Les ethnologues ont depuis longtemps compris l’importance du son. La formation des premières compilations relatives à l’ethnologie nécessitait de rendre par écrit les chansons et anecdotes des individus étudiés. L’écriture est incapable de rendre complètement justice au texte oral et les ethnologues furent quelques-uns des premiers à utiliser la technologie permettant d’enregistrer le son au moment où cette dite technologie était disponible. Même dans le contexte actuel avec l’arrivée de l’enregistrement vidéo, l’enregistrement audio est préférable et plus facile. Les enregistrements audio nous permettent de collecter une énorme quantité de données, ce qui constitue un avantage en même temps qu’une limite. Comment procéder au traitement de ces données quand on a plusieurs centaines d’heures d’enregistrement ? Les transcriptions peuvent mener à la création d’un document Word consultable, mais la transcription est une activité qui prend du temps et beaucoup de détails d’expression, tels l’intonation et les accents, sont perdus au cours de la transcription. La solution que nous avons apportée au problème est l’indexage : une méthode rapide qui permet d’indexer un fichier audio et de cataloguer les sujets discutés. L’expert en programmation, Eric Zhang, et la TAPoR, la Text Analysis Portal for Research à l’Université d’Alberta, ont produit un système informatique liant chaque indexation à l’enregistrement original. Il nous est donc permis de retrouver et d’entendre la partie exacte de l’entrevue dont nous avons besoin. Dans ce forum, nous présenterons notre base de données qui contient des archives audio en langue ukrainienne. Nous présenterons son contexte de création, discuterons de la façon dont nous l’avons créée, ainsi que des problèmes et questionnements impliqués dans l’utilisation de cette base de données. Nous la comparerons à une base de données similaire, issue d’un projet appelé le Local Culture Project, qui contient des données en français, en allemand et en anglais en plus des données en ukrainien. Finalement, nous explorerons les diverses façons d’appliquer cette technologie dans un autre contexte. Nous discuterons de la possibilité de créer une base de données libre avec un groupe de personnes présélectionnées, afin de profiter du savoir de personnes de l’extérieur du milieu universitaire. Particulièrement intéressantes sont les applications informatiques permettant de complètement éviter la transcription. Par exemple, plusieurs Canadiens-Ukrainiens comprennent la langue ukrainienne, mais ne peuvent ni la lire ni l’écrire. Comment utiliseront-ils notre base de données ? Est-ce qu’une telle approche avec d’autres langues qui n’appartiennent pas aux langues latines pourrait rendre l’information accessible aux communautés ethniques des diasporas ? Comment aborder les langues qui n’ont pas de système d’écriture? Est-ce que cette technologie pourrait devenir un instrument de préservation des langues et de la culture ?

 

 

Séances

 

Films de Conte de Fées. Visions de l’Ambiguïté (10A)

Les contes de fées, et le film de conte de fées en particulier, sont devenus une industrie en expansion dans le milieu universitaire. Fairy Tale Films: Visions of Ambiguity, corédigé par Pauline Greenhill et Sidneyeve Matrix, sera publié par les Presses de l’Université d’Utah en août 2010. Nous avons développé ce projet pour satisfaire un besoin croissant de textes pouvant être utilisés dans des cours sur le film de conte de fées, et nous espérons qu’il pourra également rendre service à d’autres. Quelques extraits du collectif illustrent certains des points de vue qu’elle défend.

 

 

Transgressive Tales. Lectures homo du merveilleux (4A)

Un projet qui se poursuit depuis les années 1990, avec Kay Turner comme figure de héros et Pauline Greenhill jouant le rôle de l’aide (magique), Transgressive Tales se réalise finalement dans un collectif faisant partie de la série Fairy-Tale Studies de Wayne State University Press. Nous présentons un échantillon des travaux qui apparaîtront dans notre ouvrage.

 

 

Atelier

 

Dale Jarvis (Heritage Foundation of Newfoundland and Labrador)

Atelier sur l’utilisation des cartes Google en ethnologie communautaire (6A)

Cet atelier vous apprendra comment utiliser l’application « Mes cartes » de Google Maps en la combinant avec des enregistrements ethnographiques de terrain pour créer des cartes dynamiques et interactives à l’usage d’organismes populaires et dans les cours. Vous apprendrez comment ajouter du texte, des liens, des photos, du son et des vidéos aux marque-places sur votre carte, et comment partager tout cela avec d’autres. L’enseignant Dale Jarvis, membre du comité directeur pour le développement du patrimoine culturel immatériel de la province de Terre-Neuve et du Labrador, donnera des exemples de projets extraits du web qui marient des lieux, des récits et de nouveaux médias, et offrira des suggestions qui vous permettront de faire la même chose avec vos propres collections d’archives audio et de données de terrain. Apportez votre propre ordinateur portable avec carte réseau Wi-Fi et joignez-vous à nous !

 

 

Communications

 

Emilie Anderson-Grégoire (with Anita Best and Pauline Greenhill) (University of Winnipeg)

Queering Gender: Transformations in “Peg Bearskin” and Related Tales (4A)

Nous explorons l’embellissement (féminisation) des femmes gouines ou garçons manqués dans les contes de fées, impliquant la performativité des genres. Souvent imposantes, poilues, et/ou barbues, et brandissant des couteaux, des fourches, et des cuillères en bois, Peg Bearskin, La Poiluse, Tatterhood, Kate Crackernuts, Molly Whuppie, et Mutsmag abandonnent toutes la sphère domestique. Qu’elles montent à dos de chèvre, jouent des tours à un géant, chassent des trolls, ou aillent à la guerre, les actions de ces garçons/filles peuvent être perçues comme étant masculines. Mais leur transformation ultime va au-delà d’un simple brin de toilette et de quelques vêtements. Nous suggérons que ces contes contiennent la représentation d’une transformation sexuelle d’homme à femme – transsexuelle.

 

 

Cristina Bacchilega (University of Hawai‘i at Manoa)

Grimm Tricking: Clever Gretel’s “Sheer Delight” (4A)

Les frères Grimm ont obtenu « Margot-la-Malice » (KHM 77) d’une collection de 1700 de contes considérés comme appropriés pour les sermons de Pâques. Exemplifiant le comportement peu convenable et répréhensible d’une femme de la classe ouvrière, « Margot-la-Malice » est plutôt lu aujourd’hui comme plaisanterie ou comme une histoire invraisemblable. Angela Carter a cependant jugé qu’il s’agissait d’un conte « génial ». Je propose de me concentrer sur l’appétit de l’« astucieuse » Margot, la façon dont elle enfreint les règles et dont elle ruse avec les mots, opérant ainsi une forme de transgression et de décodage des normes sexuelles sociales et hétéropatriarchales, à la manière d’un « trickster ».

 

 

Marcel Beneteau (Université de Sudbury)

L’art perdu de « faire des chansons » (3B)

La chanson de composition locale figure à peine dans le répertoire traditionnel qui survit chez les francophones du Détroit ; la plupart des exemples recueillis datent du début du vingtième siècle. Autrefois, cet élément de la tradition orale servait de miroir dans lequel la communauté pouvait voir reflétés ses valeurs, son histoire et sa vision du monde ; « faire des chansons » permettait également aux gens de se rencontrer face à face pour participer au maintien et au renouveau de la tradition. La communication présentera donc une analyse de la forme et du contenu de quelques exemples tirés de ce répertoire historique.

 

 

Jennifer Bentley (Memorial University of Newfoundland)

For-Hire String Quartets in Halifax: Image, Personnel Rotation, and Networking (5A)

On fait traditionnellement appel à des quatuors à cordes pour des mariages, des réceptions et autres événements qui se déroulent normalement dans les hautes sphères de la société urbaine. Malgré les stratégies publicitaires employées par les musiciens-gérants, ces quatuors à cordes sont souvent composés de membres interchangeables et ne joueront que très rarement avec les mêmes personnes. Dans cette communication, je m’intéresse à un groupe de musiciens, appartenant à un quatuor à cordes, qui se sont produits dans la ville d’Halifax en Nouvelle Écosse entre 2006 et 2009. J’attire l’attention sur les types de défis rencontrés par les musiciens en ce qui concerne leurs répétitions et leurs représentations. Je m’intéresse également à la façon dont le quatuor à cordes sans visage renvoie à l’idée d’une image et d’une classe d’élite qui semble constituer le principal produit vendu aux clients potentiels.

 

 

John Bodner (Sir Wilfred Grenfell College, Memorial University of Newfoundland)

Violence and Folk Justice in a Street Kid Community (5B)

Cette présentation documentera quelques-unes des divers expressions et actes de violence perpétrés dans une communauté d’enfants de la rue située au centre ville de Toronto, où j’ai mené une étude ethnographique pendant quatre mois. En situant la discussion par rapport à la vie quotidienne de subsistance de mes informateurs, je postulerai que la violence est enchâssée en tous points dans la grammaire de la représentation instrumentale constituant en elle-même le résultat matériel de la reconfiguration prémoderne du corps (dans un contexte où ces jeunes sont sans abri) comme un lieu de communication et de pratiques socio-économiques. Plutôt que de se contenter des conceptions populaires de la rue comme lieu du chaos, je démontrerai la logique propre à la fois aux rencontres violentes et à leur évocation mimétique en tant que tentatives d’adaptation aux conditions matérielles que connaissent les sans abri. En ce sens, je plaiderai pour situer une approche de l’étude de la violence en dehors de la théorie de la déviance, en faveur d’une perspective qui se concentre sur la représentation intégrée à un contexte particulier.

 

 

Genia Boivin (University of Alberta)

Staging Politics: Ukrainian Staged Folk Dance in the Montreal Community (7B)

Encore aujourd’hui, la danse folklorique ukrainienne reste un sujet peu abordé. Peu de ressources sont disponibles outre les recherches d’étudiants universitaires de deuxième et troisième cycles, recherches qui ne furent jamais officiellement publiées. La recherche au Canada se concentre majoritairement sur la danse folklorique ukrainienne exécutée dans les prairies canadiennes. Plus éloignée du contexte commercial des prairies, la communauté montréalaise de danse a préservé la danse folklorique au sein et à l’extérieur de la diaspora ukrainienne. Malgré l’influence énorme des compagnies de danse nationales de l’ex-URSS, la communauté montréalaise a tout de même su développer sa propre esthétique visuelle. Cette communication présentera l’évolution de cette forme visuelle et les nouvelles significations données à la danse ukrainienne dans un contexte urbain et francophone.

 

 

Cynthia Boyd (Memorial University of Newfoundland)

British Women’s Occupational Folklife in the Field of Horticulture as Evidenced in Popular Garden Literature of the Early Twentieth Century (1A)

Au début du vingtième siècle, principalement en Grande Bretagne et en Amérique du nord, les femmes écrivant sur le jardinage proliféraient. De manière caractéristique, durant cette période, ces femmes combinaient des conseils pratiques et des anecdotes très personnelles liées à leurs propres expériences de jardinage. À l’occasion, une poignée d’entre elles encourageait leur lectorat – majoritairement composé de femmes – à considérer l’horticulture et /ou l’agriculture comme un métier valable. Parmi elles, Marion Cran, une écrivaine et présentatrice à la radio fut extrêmement populaire durant l’entre-deux-guerres. Alors que Cran a produit près de quinze livres de jardinage en l’espace de trente ans, ses publications les plus récentes portaient sur les voyages qu’elle a effectués dans des jardins privés et publics au Canada, aux États-Unis, en Australie, en Afrique du sud et au Kenya. Ses « documentaires de voyage dujardinage » de Cran incluaient les aventures de femmes anglaises qui avaient quitté leur patrie pour se lancer dans des carrières de jardinières et d’agricultrices. Dans les descriptions qu’elle offre du travail effectué par ces femmes comme herbalistes, comme apicultrices, comme fleuristes et que pomicultrices, Cran décrivait intimement leur vie quotidienne de travailleuse à la manière d’une ethnologue. En appliquant le concept de Bob McCarl de la « technique du canon de travail », cette présentation se concentrera sur la façon dont une femme, écrivant sur le jardinage, apporta quelques-unes des premières informations concernant la vie du travail des horticultrices.

 

 

Ian Brodie (Cape Breton University)

The Canadian Immigration Foreign Service Officer: Tellability and Occupational Folklife (1A)

Les études récentes portant sur la narration du traumatisme ainsi que sur le processus d’asile politique ont porté sur la négociation identitaire s’opérant au travers des justifications de demandes du statut de réfugié par le récit (Bohmer and Shuman 2004; 2008). Cette communication, basée sur un projet de collecte d’histoire orale mené par le Service Extérieur d’Immigration Canada (1945-1981), prend en considération le rôle de la narration du point de vue des agents d’immigration, et ce à la fois en leur qualité professionnelle de public pour les immigrés potentiels ainsi que dans leur vie professionnelle quotidienne. L’acte de raconter des histoires occupe un rôle central dans la vie ludique des agents, et la majeure partie du noyau narratif consiste en la négociation de ce qui constitue un « bon » candidat et un « bon » agent.

 

 

Kate Butler (Memorial University of Newfoundland)

Day Visits to a Different World: The Toronto Island Tourist Experience (10B)

Dans la quête de loisirs au quotidien, les cultures aboutissent à différents mondes imaginaires qui peuvent être expérimentés en l’espace d’un jour. Ces mondes permettent au visiteur de s’échapper temporairement de sa vie ordinaire et d’expérimenter l’extraordinaire. Parmi ces mondes, on vante l’Île de Toronto, située dans le port de la ville comme un paradis qui permettra aux touristes de fuir leur vie quotidienne agitée et de retourner à la vie simple de leur enfance. Cette communication explorera les différents besoins et expériences de ces visiteurs et de la communauté des résidents qui demeurent sur l’île à l’année.

 

 

Maryna Chernyavska (University of Alberta)

Narrating Birth: Personal narratives on line (9A)

Les récits d’accouchements en Ukraine, comme la plupart des récits personnels, sont racontés afin de transmettre, revivre ou réévaluer une expérience de vie. Dans la culture traditionnelle ukrainienne, la connaissance entourant le déroulement d’un accouchement et le maternage était transmise de mère en fille à travers le récit, ainsi qu’en assistant directement à un accouchement. Aujourd’hui, ces histoires entourant l’accouchement sont disponibles sur le Web. Cet article examine les récits d’accouchements du Web comme une nouvelle forme de transmission d’information relative au cycle de vie. Les récits transmis par le Web sont-ils similaires aux narrations traditionnelles ? Quelles croyances relatives à la naissance et à la santé ces narrations communiquent-elles ? Ces croyances représentent-elles une continuation de la tradition ou sont-elles de nouvelles formes de récit dans un nouveau contexte électronique ?

 

 

Judith R. Cohen (York University)

« Para ke no mos ulvidemos » : Rescuing Ladino songs and lore through the internet (3B)

Le groupe en ligne “Ladinokomunita”, qui existe depuis une douzaine d’années, comprend parmi ses buts “para ke no ulvidemos” – “pour qu’on n’oublie pas” la langue : le ladino, ou judéo-espagnol. Les instructions permettent des discussions de n’importe quel sujet, à condition que la langue soit toujours le ladino (et non pas, par exemple, l’espagnol moderne.) Souvent, les messages de ce groupe et d’autres groupes sépharades portent sur la musique, les contes et d’autres aspects de la culture traditionnelle. Ici nous examinerons le rôle d’Internet dans la préservation et la transmission des traditions sépharades, et, en même temps, dans l’aide à renforcer ou même à construire de nouveaux images de ces traditions.

 

 

Carmen d’Entremont (Université de Moncton)

Se confesser pour rien. Blagues et humour des Acadiens de Pubnico-Ouest (3A)

Cet exposé présente un genre qui a été peu étudié parmi la population acadienne : la blague. Il se limitera surtout à des exemples et des résultats tirés de mon mémoire de maîtrise, qui porte sur la littérature orale de Pubnico-Ouest. Les questions que je me pose sont les suivantes : Est-ce que les blagues recueillies à Pubnico sont originales ? Sont-elles localisées ou personnalisées ? Est-ce que les blagues racontées dans ce milieu sont représentatives de la culture locale ? Même si elles sont basées sur des scénarios fictifs, les blagues représentent une certaine réalité culturelle ; elles reflètent les préoccupations, les valeurs et les attitudes communes aux habitants de Pubnico, et dans certains cas à la plupart des Acadiens des Maritimes et des Cadiens de la Louisiane. Même si une farce est tirée de sources internationales, si les gens acceptent de la conter d’une fois à l’autre, s’ils l’adoptent, c’est probablement parce qu’elle les représente. Parmi les blagues recueillies, plusieurs thèmes ressortent de façon régulière ; ce travail en fera connaître les plus communs, entre autres l’humour anticlérical, la moralité sexuelle et les problèmes de communication entre les cultures.

 

 

Ryan Davis (Memorial University of Newfoundland)

All Mummers ‘lowed In: Inventing a Glocal Tradition (7A)

En décembre 2009, St.John’s a présenté le premier festival annuel de « vie quotidienne populaire ». Cette communication examine la production et la réception du festival du point de vue de son coordonnateur. J’explore les croyances et les idées qui ont régi les processus de planification et les questions et les discussions qui en ont résulté. Je postule que la popularité du Mummers Festival est liée en grande partie à la dynamique d’une ville en changement. En utilisant une approche régionaliste critique, je tente de démontrer les différentes façons par lesquelles le « mummering », sous une forme recontextualisée et métissée, crée un équilibre entre la tradition et le progrès, le local et le global.

 

 

Bruno Deschênes (indépendant)

Le shakuhachi japonais en Occident (5A)

Parmi les instruments traditionnels japonais, le shakuhachi est le plus populaire auprès des Occidentaux. Nous retrouvons des interprètes de cette flûte dans la plupart des grandes villes modernes. Internet joue un rôle de premier plan dans la dissémination de cet instrument. La plupart des interprètes du shakuhachi ont leur propre site Web. Il existe une liste de discussion consacrée à cet instrument. Aux États-Unis, principalement, nous retrouvons des Occidentaux qui fabriquent cette flûte. Récemment, la vidéoconférence par Internet est devenu le meilleur moyen de prendre des cours sans avoir à voyager au Japon. Cette communication opèrera une mise en situation de la popularité du shakuhachi, en se basant sur mes propres démarches dans l’apprentissage de cette flûte.

 

 

Sébastien Després (Memorial University of Newfoundland)

Perceptions Fragmentées. Une considération du point de vue d’emprunteurs de prêts aux étudiants du Canada sur le remboursement et le non-remboursement (1A)

En dépit de problèmes pratiques et philosophiques graves, maints analystes continuent à applaudir les initiatives de prêts aux étudiants du gouvernement fédéral canadien, en argumentant que les prêts et les difficultés de remboursement demeurent à un niveau raisonnable. Les analyses généralement empiriques et économétriques des modèles d’emprunt et de remboursement des étudiants que préparent ces professionnels sont typiquement méticuleusement définies et fastidieusement coordonnées. Les preuves que celles-ci offrent, cependant, comptent souvent sur une façon limitée de faire parler les chiffres. Cette communication explore les éléments émotifs et subjectifs de la vie financière d’un petit groupe d’emprunteurs de prêts aux étudiants. Les raisons que ces individus donnent afin d’expliquer pourquoi leur compréhension de la situation diverge de celle des analystes professionnels sont explorées, ce qui démontre « l’abîme incommensurable » entre la compréhension des analystes des programmes de prêts aux étudiants et celui de leurs utilisateurs quotidiens.

 

 

Jean Duval (Université de Montréal)

Origine et épanouissement des « tounes croches » dans la tradition musicale québécoise (3B)

Les « tounes croches » sont des pièces musicales qui n’ont pas la forme carrée habituelle. Bien qu’elles existent dans d’autres traditions, elles sont particulièrement fréquentes et multiformes dans la tradition québécoise. Après un bref survol historique, je traite ici des explications possibles de l’origine des tounes croches selon cinq points de vue (diffusionniste, syncrétique, fonctionnaliste, esthétique et cognitif), postulant qu’aucun point de vue ne puisse être exclusif. La persistance actuelle des tounes croches et la composition de nouvelles semble indiquer qu’elles sont en voie de devenir un trait distinctif de la musique traditionnelle du Québec dans un contexte « trad » mondial.

 

 

Holly Everett (Memorial University of Newfoundland)

Newfoundland and Labrador on a Plate: Bed, Breakfast, and Identity (9B)

Cette communication traite des liens entre la production de nourriture, le lieu et l’identité comme manifestés dans des Cafés-Couettes sur la côte ouest de Terre-Neuve et les détroits du Labrador. Elle se base principalement sur un travail d’observation participante et sur des entrevues menées avec des propriétaires. Compte tenu du nombre de touristes attirés par ces régions, certains C&C offrent des repas du soir en plus des petits déjeuners. Beaucoup proposent des spécialités locales et presque tous insistent sur le « fait maison ». Comme on pourrait s’y attendre, les conversations lors du petit déjeuner ou du souper portent sur Terre-Neuve et le Labrador, permettant ainsi aux propriétaires de mettre en scène l’identité locale pour leurs invités. De telles présentations du soi vont de la réfutation des stéréotypes courants sur les « Newfies » à une transmission de savoir formelle sur l’histoire et la culture de la province. Parfois les propriétaires formalisent également les aspects sociaux des repas, et ainsi donc le spectacle dans son ensemble, en assignant une place aux invités ou en les faisant se déplacer dans différents endroits au cours du repas.

 

 

Marcie Fehr (University of Winnipeg)

“Brommtopp is of our own design”: Subverting Classed Language and Masculinities in Southern Manitoba Mennonite Communities (5B)

Dans les communautés mennonites du sud du Manitoba (CMSM), l’anglais, le bas allemand, et le haut allemand sont des langues courantes. Les sphères privées et publiques des CMSM sont historiquement définies par la langue, créant une triglossie pour l’intersection d’un espace de classes : l’anglais à l’école, le haut allemand à l’église et le bas allemand dans la vie quotidienne. Souvent exécutée depuis des textes écrits dans la sphère privée de la maison et la tradition orale, la chanson incorporée à la tradition mumming mennonite de Brommtopp défie les images exotériques des masculinités mennonites et suggère également une perturbation subversive de langue et d’espace classés.

 

 

Joy Fraser (Memorial University of Newfoundland)

“Villanous offals »: Eating, Identity and Otherness in Early English Travellers’ Accounts of their Experiences in Scotland (9B)

Cette communication explore les différentes significations culturelles de la nourriture telles que décrites dans les récits de voyageurs anglais lors de leurs aventures en Écosse à la fin du dix-huitième et au début du dix-neuvième siècles, en interprétant ces descriptions comme des métaphores culinaires trahissant les attitudes des Anglais envers la culture écossaise dans son ensemble. Je me concentre sur un échantillon de récits de voyages autobiographiques et de fiction où les narrateurs sont incapables de digérer les différents aliments écossais. Leurs réactions nauséeuses sont basées sur une dialectique de fascination et de répulsion, qui constitue des réactions typiques à la rencontre d’un Autre culturel. Ces narrations sont influencées par des stéréotypes ethniques contemporains associant le fait d’être écossais à la pauvreté et à une forme de primitivité, à la saleté et à la maladie, renforçant ainsi implicitement la supériorité de la culture anglaise « pure » et exprimant de la peur quant à l’influence contaminatrice de cet Autre écossais. En effet, les aliments auxquels font référence ces récits sont souvent décrits comme des « monstres » ou des forces de la nature, qui les rendent inconsommables, et qui s’imposent violemment à ces mangeurs anglais, faisant ainsi allusion à la résistance active de la culture écossaise contre son incorporation par son voisin dominant du sud.

 

 

Jillian Gould (Memorial University of Newfoundland)

A gleizele varms and a nosh: Reconstructing Jewish Domestic Foodways in Public Spaces (9B)

Aux Terraces de Baycrest, une maison de retraite juive de Toronto, environ une douzaine de femmes organisent et servent le Thé du Sabbat chaque semaine. Les hôtesses résidentes (toutes agées de 80 à 90 ans) organisent le Thé autour de règles et de coutumes précises pour servir et préparer le thé et un « nosh » (quelque chose à manger). Étant dans l’incapacité de recevoir convenablement plus d’une personne dans leur appartement, les femmes du complexe reconstituent des configurations anciennes de visites à domicile dans l’espace public que constitue le « salon au foyer » de Terraces. Au travers de cet événement du Thé, les femmes prennent possession de l’espace domestique public tout en mettant en scène ce que cela représente d’être une femme juive « à la maison ». Mais, parce que le Thé se déroule dans un espace Kascher public, les hôtesses du Thé doivent adapter leurs propres notions du thé et de l’hospitalité pour se conformer à l’idéal institutionnel. Dans cette perspective, le Thé constitue également une tentative de créer une réunion « heimish » (sans prétention) et « privée » dans un environnement institutionnalisé et « public ».

 

 

Pauline Greenhill and Anne Brydon (University of Winnipeg)

Mourning Mothers: Feminism and Place in The Juniper Tree (10A)

Le film The Juniper Tree (1990, « Ma mère m’a tué, mon père m’a mangé », ATU 720), de la défunte directrice américaine Nietzchka Keene, examine des rapports familiaux difficiles. Le film est basé sur la version de Grimm qui se sert de la mère comme bouc émissaire, une pratique également courante dans des récits culturels et hégémoniques populaires comme dans la culture traditionnelle. Le maternage incompétent peut nécessiter l’intervention de la main lourde de la justice, ou bien, elle peut accorder à des femmes l’espace d’être humaines à l’intérieur d’un rôle qui veut (de façon toujours équilibrée et convenable) qu’elles sachent tout, qu’elles prennent soin de tout et donnent tout. Le film de Keene, à la différence du récit précurseur de Grimm, identifie ce paradoxe.

 

 

E. David Gregory (Athabasca University)

“He was not a gentleman!” Social Networks and the First Folksong Revival (4B)

Beaucoup des acteurs principaux de la première renaissance de chansons folkloriques anglaise se connaissaient. Sabine Baring-Gould, Frank Kidson, Lucy Broadwood, Kate Lee, Cecil Sharp et Ralph Vaughan-Williams, parmi d’autres, connaissaient non seulement les recherches menées par chacun en ce qui concernait la collecte et l’annotation de chansons folkloriques, mais ils appartenaient aussi à des réseaux sociaux qui s’entrecroisaient et étaient souvent amenés à se rencontrer en personne. Néanmoins, ils provenaient de rangs sociaux divers et ne voyaient pas toujours les choses du même oeil, surtout quand il s’agissait des questions d’importance majeure qui divisaient le mouvement, telles que la façon de définir correctement la chanson folklorique ou le rapport que celle-ci entretient avec les ballades populaires imprimées. Cette communication analyse leurs amitiés, leurs rivalités, et leurs jugements concernant les différentes façons d’aborder des problèmes communs, dans un contexte où des différences subtiles mais significatives existaient entre les collectionneurs disposant de revenus privés et ceux chez qui l’intérêt était plus professionnel dans la recherche sur les chansons folkloriques.

 

 

Nicholas Hartmann (Memorial University of Newfoundland)

The Divide (or Non-Divide) Between Pilgrimage and Legend-Tripping: The Legend of Saint Brendan as a Case Study (10B)

La légende de St Brendan, qui se serait rendu à Terre-Neuve autour du septième siècle, provoque de multiples réactions. Pour certains, il s’agit de l’histoire d’un saint qui brava la mer en guise de rituel religieux. Pour d’autres, il s’agit d’un récit de voyage qui montre le danger que pouvait recéler une exploration à une époque si précoce. En utilisant la légende du voyage de Brendan et un récit d’exploration moderne sur le voyage, nous discuterons de la difficulté à déterminer la différence entre le pèlerinage et la légende de voyage, en espérant ainsi mieux comprendre la façon dont les chercheurs interprètent de tels genres ainsi que ce qui rassemble et divise ces derniers.

 

 

Ian Hayes (Memorial University of Newfoundland)

“Shaped by the Sea”: Representations of Modernity and Ethnicity in Nova Scotia Tourism Literature (10B)

L’industrie touristique de la Nouvelle-Écosse repose sur l’antimodernisme, le paysage et l’histoire culturelle de la province. Ian McKay a démontré que cette identité romantique, écossaise et antimoderne, a été consciemment construite par le gouvernement provincial dans les premières décennies du vingtième siècle. Cette communication met à jour et élargit les recherches de McKay en analysant la documentation touristique contemporaine produite par le gouvernement provincial. Bien que la commercialisation touristique continue de se baser sur des représentations antimodernistes ainsi que celles du patrimoine écossais de la province, je démontrerai qu’elles sont aussi utilisées conjointement avec des notions de modernisme, de vie citadine et d’ethnicité non écossaise.

 

 

Andy Kolovos (Vermont Folklife Center)

The Martha Pellerin Collection of Franco-American Song (3B)

Martha Pelerin (1961-1998), d’origine franco-américaine et résident dans le Vermont, s’est beaucoup investie dans son héritage musical. Le Martha Pellerin Collection of Franco-American Song est une base de données en ligne contenant des chansons en français et en anglais, tirées du travail de terrain et de la collection de manuscrits de Martha. La base de données inclut des données québécoises et canadiennes, des chansons populaires à succès, des chansons de famille, des chansons personnelles, des chansons paillardes et des chansons religieuses. La Pellerin Collection n’est pas un document complet ou exhaustif, mais plutôt un ensemble de répertoires de spectacle de différentes personnes. Cette présentation introduira cette ressource électronique à un public de folkloristes et d’ethnologues canadiens.

 

 

Ronald Labelle (Université de Moncton)

Les variations narratives qui existent dans un contexte de bilinguisme (7B)

Le but de cette communication est d’examiner les différences qui existent dans le style de narration que possède un locuteur bilingue, selon le fait de s’exprimer en anglais ou en français. Entre 1979 et 2004, Alain (ou Allan) Kelly, un Néo-brunswickois bilingue et biculturel, m’a raconté un grand nombre d’anecdotes se rapportant à sa vie dans le contexte d’entrevues à teneur ethnologique. Kelly me racontait en français les événements qu’il considérait importants et qui l’avaient marqué. Il était un conteur talentueux qui présentait toujours ses souvenirs sous forme de récits. À la même époque, une ethnologue américaine, Margaret Steiner, a elle aussi interviewé Monsieur Kelly sur une base régulière, mais cette fois-ci en anglais. En mettant en parallèle quelques-unes des anecdotes qu’il nous a livrées, je tenterai de décerner les différences qui existent entre elles, afin de déterminer l’influence que la langue a pu avoir sur leur contenu et leur style d’exécution.

 

 

Vivian Labrie (indépendante) avec Yolande Pelchat, Lucie Gélineau, et Julie Descheneaux

« La place des vieux et les vieilles dans les contes ». Un détour par les contes dans une recherche sur la participation sociale et les aînées (3A)

Qu’apprend-on sur la participation sociale quand on rend possible à des aînées, ainsi qu’à des intervenantes et à des gestionnaires oeuvrant auprès de personnes aînées, d’échanger ensemble à ce sujet de façon un peu suivie ? Qu’apprend-on du recours à des contes de la tradition orale en tant que mémoires/miroirs/réservoirs venant nourrir ces échanges ? C’était en somme l’intention et le terrain d’une recherche exploratoire menée à Québec, en 2009. La présentation portera sur qui sont les personnages vieux dans un corpus de 60 contes merveilleux du Québec et de l’Acadie, comment ils participent à l’histoire et comment ce qui a été trouvé a stimulé les échanges avec les participantEs à cette recherche.

 

Anne Lafferty (Memorial University of Newfoundland)

The Absence of Wake Customs among Protestant Residents of St. John’s (7B)

Autrefois, à peu près partout à Terre-Neuve, la période entre la mort et l’enterrement consistait à veiller le corps et à recevoir des visites de la part des membres de la communauté. Mes deux informateurs les plus âgés, de confession protestante et originaires de St John’s, s’accordaient cependant pour dire que les visites se limitaient aux membres de la famille. L’un deux expliqua que le corps n’était pas veillé pendant la nuit. Dans cette communication, je mets en contraste les coutumes protestantes de cette période à St John’s et les coutumes catholiques des régions rurales, j’examine ensuite leur évolution et tente enfin d’expliquer pourquoi les coutumes des Protestants résidant à St John’s différaient de celles des autres Terre-neuviens.

 

 

Mu Li (Memorial University of Newfoundland)

Christianity and the Early Life of Chinese in Newfoundland: A Case Study of the “More Chinese” Rumors (4B)

Les premiers immigrants chinois à Terre Neuve ont souvent souffert de stigmatisation. Dans cette communication, j’explore un cycle de rumeurs, présent au début du vingtième siècle, qui démontre les attitudes locales envers les résidents chinois. La rumeur prédisait l’arrivée d’un grand nombre d’immigrants chinois qui envahiraient la population locale. Relayés par les médias locaux, des rapports pourtant falsifiés furent présentés comme factuels. Ici j’examine la fonction de cette rumeur dans un contexte historique. Je suggère que l’émergence de cette rumeur révèle la peur d’une immigration non-européene à Terre Neuve, xénophobie liée à des croyances chrétiennes locales.

 

 

Richard MacKinnon (Cape Breton University)

Life History of Mary Arnold: Her Newfoundland Years (4B)

Féministe, architecte et promotrice du développement économique et communautaire, Mary Arnold est née à Staten Island au New York en 1876. Promotrice coopératire, elle vint s’installer au Cape Breton, en Nouvelle Écosse en 1938 pour aider les mineurs de charbon et leurs familles à se prémunir de meilleurs logements que ceux que leur offraient les compagnies minières. En 1939, elle quitta le Cape Breton pour Terre-Neuve où elle proposa son aide aux communautés de pêcheurs qui tentaient de construire des maisons à un prix abordable. Elle appliqua le modèle développé au Cape Breton au contexte terre-neuvien et réussit la construction d’un petit quartier à Marystown. Je travaille présentement sur la biographie d’Arnold et j’explorerai dans cette communication ses expériences ainsi que l’influence qu’elle a eue à Terre-Neuve.

 

 

Kendra Magnusson (University of Winnipeg)

“That’s so done!”: Halloween Costuming from Faddy to Fabulous (7A)

Halloween est une occasion pour les adultes de mettre en scène leurs costumes comme une réflexion de soi. Tout en se plaignant du côté commercialement surexploité de la fête, les costumiers reconnaissent le plaisir qu’ils prennent à y participer. Je soutiens que le succès d’un costume pour adulte, où l’intelligibilité de la performance réside dans son caractère à la fois public et personnel, repose sur la capacité du costumé à « passer pour » son personnage. Alors que les participants jugent les costumes à la mode comme philistins et manquant d’inspiration, les costumes plus recherchés renforcent un sentiment de communauté partagé qui repose sur la culture populaire. Dans la négociation des dynamiques de classe, de genre et d’ethnicité, les costumiers recréent un imaginaire culturel à la fois libérateur et oppressif, inclusif et exclusif.

 

 

Sidneyeve Matrix (Queen’s University)

A Secret Midnight Ball and a Magic Cloak of Invisibility: The Cinematic Folklore of Stanley Kubrick’s Eyes Wide Shut (10A)

Cette présentation explore le rapport intertexuel entre Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick et le conte de fées international « Douze princesses dansantes ». L’analyse de ces films hollywoodiens à succès en fonction de leurs emprunts au folklore met en lumière les thèmes centraux du désir, de la duplicité et du pouvoir en tant que tropes classiques avec un rebondissement moderne. L’histoire de la femme désobéissante qui refuse son rôle de femme d’intérieur possède une élasticité culturelle considérable et demeure pertinente en tant qu’histoire servant d’avertissement face à la menace que représente le potentiel sexuel féminin pour le maintien des dispositifs culturels patriarcaux. Le film et le conte de fées explorent l’énigme du désir féminin, de la difficulté domestique et des défis liés à la fidélité conjugale.

 

 

Lynn Matte (Memorial University of Newfoundland)

Fleeting Encounters and French battlefields: An Examination of How Transient Employees Can Create Stable Occupational Folklore (1A)

Quand les équipes d’employés changent tous les quatre mois, il est difficile de maintenir la cohésion du groupe de travail. Les étudiants qui travaillent comme guides, pendant quatre mois, des lieux historiques nationaux comme la crête de Vimy et Beaumont-Hamel utilisent des méthodes alternatives pour maintenir la solidarité du groupe. Cette communication examinera la façon dont les médias électroniques, par exemple des groupes sur Facebook, des renseignements glanés auprès d’amis ou de connaissances qui ont déjà participé au programme, des détails transmis par d’autres employés du site ou par des guides qui reviennent y travailler, ainsi que la cohabitation des guides dans les mêmes hébergements, sont utilisés pour mieux éclairer et forger la vie quotidienne de ce groupe professionnel.

 

 

Phoebe Millerwhite (Memorial University of Newfoundland)

Sold on the Fork in the Road (7A)

Très tôt le matin du 31 octobre 2009, une grande fourchette en bois a été érigée à la bifurcation de la rue St. John’s et l’avenue Pasadena, à Pasadena en Californie. Selon le créateur de la fourchette, l’action avait plusieurs buts ; elle était un cadeau pour un ami et un collègue, et c’était une façon de susciter de la publicité autour d’un espace scénique du coin. Cette communication examinera l’utilisation de la fourchette pour attirer l’attention des médias, incluant les médias en ligne, la radio, la presse et la télévision. De plus, elle examinera la fabrication des lieux et de l’identité civique par l’appropriation d’espace et la création délibérée d’un point de repère.

 

 

Peter Narváez (Memorial University of Newfoundland)

The Blues at a Presidential Inauguration?: Changing Racial Designations in African-American Expressive Culture (5A)

Avec ce que certains décrivent comme de l’« humour » et que d’autres perçoivent comme du « racisme », le Révérend Joseph Lowery conclut la bénédiction avec une rime folklorique après que le Président Obama prêta serment le 20 janvier 2009. En utilisant une variété de textes afro-américains s’inscrivant dans la tradition du blues, des jeux et du sermon, cette présentation élucidera le sérieux et les nouvelles significations de la bénédiction du Révérand Lowery en mettant en lumière la façon dont les usages antérieurs de la rime ont été transformés. Nous nous attacherons en particulier à la façon dont le parolier et chanteur Big Bill Broonzy (1893-1958) a contribué à ces significations dans son blues à caractère de protestation sociale « Black, Brown and White » (1939).

 

 

Jennifer Orme (University of Hawai’i at Manoa)

Happily Ever After…According to Our Tastes: Jeanette Winterson’s “Twelve Dancing Princesses” and Queer Possibility (4A)

L’histoire des « Douze princesses dansantes » (ATU 306) ou « Les souliers au bal usés » (KHM 133) est prise en compte comme cycle de contes inclus dans le roman de Jeanette Winterson, Sexing the Cherry, pour explorer ce qui pourrait advenir après les fameuses fins heureuses qui concluent les contes de fées. J’examinerai à la fois le contenu et la forme de ce cycle de contes pour m’interroger sur la façon dont la prise en compte de la théorie homo peut ouvrir des espaces d’exploration de multiples désirs dans un genre généralement considéré comme approuvant ou reinscrivant le mariage comme force motrice hétéronormative.

 

 

Anne Pelta (Université Laval)

The Role of the Ethnologist in Métis’ Legal Struggles: A Case Study of the Métis in Québec (5B)

Depuis que l’inclusion des Métis comme peuple autochtone dans la constitution canadienne et avec le développement de la jurisprudence les concernant, un nombre croissant de communautés se revendiquent actuellement comme métisses et luttent pour leur reconnaissance officielle. Les tribunaux sont devenus la voie privilégiée de la confrontation entre ces dernières et les différents niveaux de gouvernement. C’est par ce canal que les groupes s’exposent et espèrent ainsi obtenir une reconnaissance dans l’espace public. Nous nous proposons de montrer que, si la judiciarisation de l’identité métisse a des conséquences manifestes sur la mobilisation de ces groupes et les stratégies qu’ils utilisent, elle impacte aussi grandement le rôle de l’ethnologue qui y cherche à mieux comprendre la nature et les enjeux de la lutte menée par ces groupes, ainsi que la nature des relations qu’il peut établir avec ces derniers.

 

 

Jean-Pierre Pichette (Université Ste-Anne)

Le Romancero du Canada de Marius Barbeau. Une synthèse à la croisée des chemins (4B)

En 1937, Marius Barbeau (1883-1969) livrait une œuvre fondatrice, le Romancero du Canada. Inspiré par le Romancéro populaire de la France de George Doncieux, le recueil s’attachait au répertoire des chansons traditionnelles du Canada français. Cet exposé sonde les origines de ce livre et compare les influences opposées subies par l’auteur – notamment celles d’Ernest Gagnon au Canada et de George Doncieux en France – afin de montrer l’originalité du projet qu’il portait en fonction des découvertes qu’il avait faites sur le terrain. On voit ainsi comment la substance du livre, son ordonnance thématique et le contenu des commentaires mettent à jour les intuitions profondes et les positions théoriques qui animent l’auteur, en particulier sur l’origine française et la haute qualité de la tradition canadienne. D’autre part, plus qu’un simple florilège, cette œuvre de maturité se mue, sans en avoir l’air, en véritable traité de l’évolution des recherches sur la chanson populaire au Canada français ; en outre, elle servira de modèle pour la relève au Québec, en Ontario et en Acadie.

 

 

Cristina Pietropaolo (Memorial University of Newfoundland)

The Temporal Piazza: Toronto’s Good Friday Procession as Gathering Place (7A)

La procession du Vendredi Saint à la Petite Italie de Toronto est une tradition qui démontre la vénération religieuse des immigrants italiens. Depuis 48 ans que la procession existe, la Petite Italie de Toronto a beaucoup changé. Les Italiens n’y habitent plus et la procession est devenue un spectacle de grande ampleur et moderne. Cette communication explore comment la procession, malgré sa modernisation, est une tradition qui rassemble la communauté Italienne et qui transforme la Petite Italie en « piazza » l’espace d’une après-midi.

 

 

John Rieder (University of Hawai‘i at Manoa)

Pan’s Labyrinth and the Fairy Tale in Contemporary Cinema (10A)

L’institutionnalisation du conte de fées comme littérature pour enfants a souvent eu pour conséquence de subordonner soigneusement son extravagance fantastique au didactisme, de sorte que le plaisir qu’offre l’imaginaire des contes de fées a dû être justifié par l’acquittement d’un devoir vis-à-vis du monde réel. En raison de cette histoire, le rapport entre le monde du conte de fées et le monde réel est toujours lié aux rapports entre les enfants et les adultes. La combinaison par Guillermo del Toro du conte de fées et d’éléments réalistes dans Pan’s Labyrinth met en oeuvre cette tension pour défier l’autorité du réalisme et pour explorer les possibilités libératrices de l’imaginaire.

 

 

Laura Risk (McGill University)

“The Essence of the Tune”: Interpretation of Historical Collections and Archive Recordings in Scottish Fiddling (5A)

Afin de trouver un nouveau répertoire pour une prestation ou pour un enregistrement commercial, plusieurs violoneux écossais s’inspirent des collections écrites des dix-huitième ou dix-neuvième siècles ou d’enregistrements sonores tirés des archives. Pour certains violoneux, ces sources permettent d’exploiter un répertoire méconnu, voire inconnu, prêt pour l’interprétation personnelle; pour d’autres, ces sources créent un lien personnel avec une personnage historique ou renforcent un sens du lieu. Récemment, j’ai fait des entrevues avec neuf violoneux écossais sur leurs procédés musicaux dans l’adaptation de répertoires provenant de vieilles collections et d’enregistrements d’archives. Dans le cadre de ce colloque, je présente les résultats de cette recherche tout en considérant comment certains enjeux comme l’identification régionale, l’expression de soi, le respect de la tradition et l’innovation se sont manifestées dans des choix musicaux.

 

 

Laura Sanchini (Memorial University of Newfoundland)

L’Arte Di Mangiar’ Bene. Les conserves de tomates et l’identité culturelle des Italiens de Montréal (7B)

Dans la culture italienne, la nourriture est souvent une expression d’identité régionale et ethnique. La cuisine maison des immigrants italiens est aujourd’hui considérée comme étant la cuisine « traditionnelle » de la culture italienne. Parmi les mets italiens préparés à la maison, la mise en conserve de tomates semble être la seule tradition perpétuée par les jeunes Italiens montréalais. Cette communication explore comment l’identité ethnique de ces derniers se forge par le biais de la cuisine traditionnelle. Ces traditions leur permettent de mettre en valeur leur culture tout en développant leur identité.

 

 

Tara Simmonds (Memorial University of Newfoundland)

Who knows best? Exploring Knowledge with respect to Complementary and Alternative Health Beliefs and Practices (5B)

En 2008-2009, j’ai mené une série d’entrevues sur les croyances et pratiques en santé dans les provinces maritimes en mettant l’accent sur la médecine alternative et complémentaire (MAC). Suite aux entretiens avec des usagers de MAC et praticiens en MAC, ainsi que des docteurs en médecine allopathique, un nombre de thèmes importants et parfois très chargés ont émergé. Parmi ceux-ci, une question particulièrement intéressante concerne le concept de la connaissance et ses implications en santé. Que peut-on considérer comme étant des connaissances légitimes ? Qui a accès à ces connaissances, et qui a la permission de les utiliser ? Qui est considéré un expert ou une autorité pour la prise de décision et en ce qui concerne les concepts reliés à la santé ? Dans cette communication, je vais mettre en évidence comment ces questions de connaissances peuvent affecter les choix et les décisions en santé ainsi que le rôle qu’elles jouent dans la dichotomie conventionnel/non conventionnel.

 

 

Kim Snowden (University of British Columbia)

Fairy Tale Film in the Classroom: Feminist Cultural Pedagogy, Angela Carter, and Neil Jordan’s The Company of Wolves (10A)

J’enseigne un cours sur la représentation des archétypes féminins dans les contes de fées, les films, la littérature et la culture populaire. Dans mon cours nous explorons les manières dont les contes de fées et les films de contes de fées permettent de mettre en lumière les différentes compréhensions des étudiants sur la socialisation en termes de sexualité, de genre, d’ethnicité et de classe. Comment ces récits renforcent-ils ou subvertissent-ils des discours culturels plus larges portant sur le genre et la sexualité en termes de féminisme contemporain ? De plus, comment les révisions contemporaines défient-elles ou renforcent-elles des stéréotypes et idéaux féminins ? Pour répondre à ces questions, je me concentre sur les histoires de loup d’Angela Carter dans The Bloody Chamber et sur l’adaptation en film de The Company of Wolves.

 

 

Benjamin Staple (Memorial University of Newfoundland)

The Social Politics of Identity Production and Performance in a Massively Multiplayer Online Role-playing Game (9A)

Comme lieux de culture populaire, les mondes virtuels servent d’hôtes à plusieurs groupes folkloriques qui interagissent par la création et la performance d’avatars. Cette présentation démontre que l’identité sociale dans Warhammer Online est une négociation entre des tensions d’expression individuelle et des règles sociales du jeu. Ces négociations se trouvent dans une relation réciproque entre les développeurs de jeux et les joueurs. Jouer avec succès à un jeu est un processus social complexe incluant la personnalisation des avatars, plusieurs étiquettes sociales et la performance du jeu de rôle.

 

 

Cory Thorne (Memorial University of Newfoundland)

Narrating the Glocal: Newfoundland/Alberta Migrant Identities (9A)

La chanson à succès “Saltwater Cowboys” de Simani datant de 1983 est un des premiers exemples de la chanson populaire contemporaine terre-neuvienne à mettre de l’avant un récit de déplacement en lien avec les sables bitumineux d’Alberta. Récemment, avec le développement exponentiel de l’industrie pétrolière en Alberta et l’exode que connait Terre-Neuve, d’autres chansons ont émergé, qui examinent non seulement les récits de déplacement mais également des questions plus sociales et politiques liées à la globalisation/localisation (glocalisation) à l’intérieur de la communauté terre-neuvienne-albertaine. À travers l’analyse textuelle des chansons « Who’s Gonna Farm your Oil? » (Roustabout), « Catch a Plane to Fort McMurray » (Roy Payne), « Looking for a Woman with a Syncrude Job » (East Coast Connection), and « Tarsand Fever » (East Coast Connection), je m’intéresserai au rôle de la chanson populaire contemporaine dans l’agencement d’un lieu et d’une communauté pour les Terre-Neuviens résidant à l’extérieur de la province. En m’inspirant de récits de déplacements collectés à Fort McMurray (février 2010) de travailleurs/migrants terre-neuviens et non-terre-neuviens, je montrerai comme différentes formes de récits peuvent être utilisées pour soutenir et forger les communautés émergentes.

 

 

Catherine Tosenberger (University of Winnipeg)

The True (False) Bride and the False (True) Bridegroom: “Fitcher’s Bird” and Gendered Virtue and Villainy (4A)

Comme leur conte le plus célèbre, « Barbe Bleue », l’histoire « L’oiseau d’Ourdi » des Grimm dépeint une partie de bras de fer entre un marié meurtrier et une mariée rusée. Le conte incorpore la construction de la vertu de l’héroïne et la bassesse de son antagoniste dans une série d’exagérations parodiques et de transgressions évidentes des rôles normatifs de genre. L’héroïne manoeuvre habilement de vraies et de fausses images des mariées, y compris une variation du récit de la « ruse du lit », visant à renverser l’autorité patriarcale. Je soutiens que l’héroïne se sert de prétentions à la féminité normative afin de systématiquement désarmer le scélérat et d’organiser sa propre évasion.

 

 

Kay Turner (New York University)

Queering Structuralism (4A)

J’étudie les possibilités d’une analyse poststructuraliste et homo pour l’interprétation des contes de fées, ceux des Grimm en particulier. Jamais suffisamment « post » pour éliminer tout à fait les oppositions binaires et leur capacité de produire du sens, le structuralisme homo cherche également une troisième voie qui casserait la « complétude » faussement fixée par ces oppositions. La discipline du folklore s’est longtemps montré mal à l’aise avec la notion de « complétude ». Mais en utilisant la critique d’Eve Sedgwick sur la honte, le démenti et en particulier sa remise en question de la famille natale en tant que système fermé, j’offre une lecture de « Les trois fileuses » des Grimm : une histoire au sujet de la transformation de la douleur, de la honte et du stigmate par la formation d’une nouvelle famille homo.

 

 

Diane Tye (Memorial University of Newfoundland)

Re/Creating Regional Identity through Narrations of Food and Place (9B)

Dans les provinces maritimes du Canada, le homard est un aliment lié au tourisme. Mentionné dans un nombre incalculable de guides, de livres de cuisine et de publicités de restaurants, le homard est l’attraction-phare pour les visiteurs de cette région. Plus tard, représenté dans des formes aussi diverses que des objets-souvenirs, il représente leur voyage, en offrant une preuve intangible qu’ils se sont bel et bien rendus – et ont goûté – au « véritable » endroit (Long 2004). Comme c’est le cas au Maine selon George Lewis (1989), les résidents de l’Île du Prince Édouard, de la Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick ont cependant leurs propres opinions. Cette présentation s’intéresse à deux anecdotes très connues dans la tradition orale des Maritimes, selon lesquelles le homard était utilisé comme engrais et répandu dans les champs par les fermiers et qu’il fut un temps où il était honteux de manger du homard, car cela signifiait pour celui qui en consommait que sa famille n’avait rien d’autre à manger. En considérant les significations contestées entourant la recontextualisation du homard : un aliment jadis associé à la pauvreté et devenu un met régional de luxe, je suggère que le savoir dont disposent les gens des Maritimes quant à la façon dont le homard était associé aux classes défavorisées, et quant à la « bonne » façon de cuire et de manger le homard, agit non seulement comme un marqueur de différences socio-économiques (voir Lewis 1989), mais pointe aussi vers la notion de distinction de Bourdieu (1984) qui est intrinsèquement liée aux constructions de l’identité régionale.

 

 

Stephen E.Wall (Memorial University of Newfoundland)

Citizen-Pilgrims: An Interpretation of the Digital Record of Patriotic Tourism (10B)

Le but sous-jascent de cette présentation est de démontrer l’ampleur du tourisme patriotique aux États-Unis, tel qu’exprimé dans les enregistrements numériques d’expériences vécues par des citoyens. L’ethnographe Christine Hine suggère la possibilité de considérer Internet soit comme un espace où la culture évolue, soit comme un artéfact culturel dont le savoir qui y est lié se transmet d’un utilisateur à un autre. Dans ce cas, Internet est un médium par lequel les utilisateurs peuvent exposer des aspects du tourisme patriotique qui existent en dehors de ce que l’ethnomusicologue Jeff Titon décrit comme un espace non linéaire et hypertextuel, communiquant une tradition de pèlerinage d’un utilisateur à l’autre.

 

 

Wenjuan Xie (University of Alberta)

Tales of Ghost Wives in Sou Shen Ji: A Study On Narrative Mode and the Utilitarian Motivation (3A)

Les Zhiguai…classiques, ou les histoires sur le surnaturel et l’étrange qui incluent traditionnellement des fantômes, des dieux, et des farfadets constituent une composante cruciale de l’imagination populaire chinoise. Parmi cette tradition, Sou Shen Ji… est non seulement le texte le plus ancien mais aussi l’un des plus riches. Nous nous concentrerons sur trois de ces histoires qui sont les plus représentatives du genre: « Xin Daodu.. », « Tan Sheng… » and « Lu Chong… » Accentuant les réalités psychologiques, religieuses, politiques et sociales de cette époque, nous analyserons le mode narratif commun entre ces trois histoires et présenterons la motivation utilitariste cachée parmi les fantômes.

 

Haut de page